Appel à toutes pour se faire ENTENDRE!

0
Print Friendly, PDF & Email

C’est sous le thème «Appel à toutes pour se faire entendre» que se déroule la journée internationale des femmes 2016. Se faire entendre pour une meilleure conciliation famille-travail-études, pour une approche en santé spécifique aux femmes, pour faire cesser la violence, pour faire éclater le plafond de verre et pour l’égalité et l’équité en emploi.

Tout en étant sensible à tous les volets, le dernier m’a fait réagir. Pour le gouvernement, l’équité est réglée dans la fonction publique et parapublique. C’est drôle, mais je n’ai pas la même perception! Quand le gouvernement a fait son programme d’équité en 2000, il a choisi de séparer la fonction publique et parapublique. La santé, les services sociaux et l’éducation se retrouvant dans un programme et la fonction publique dans un autre. Dans notre programme, un pourcentage très élevé de femmes : beaucoup plus élevé que dans la fonction publique. Pourquoi avoir séparé ces deux groupes? En comparant des emplois qui sont quasi tous à prédominance féminine avec les quelques emplois qui étaient encore à prédominance masculine à l’époque, le gouvernement a-t-il vraiment réalisé l’équité? A-t-il vraiment donné une chance à ces emplois d’être reconnus à leur juste valeur?

Auto-collant_Collectif_8mars_LR

En 2019, un certain nombre d’emplois à prédominance féminine seront intégrés à la nouvelle structure salariale à un rangement inférieur à celui qui était le leur avant l’exercice d’équité. Bien sûr, le personnel professionnel ayant atteint les derniers échelons ne sera pas touché, puisque protégé par la convention, mais le corps d’emplois comme tel se voit dévalué. J’ai beaucoup de difficulté, dans ce contexte, à être en accord avec le gouvernement! Je crois plutôt que nous devons continuer à nous battre pour obtenir un jour une juste reconnaissance de nos emplois et une réelle équité salariale entre les emplois à prédominance féminine et les emplois à prédominance masculine. Nous devrons aussi nous battre pour que les femmes (et les hommes bien entendu) qui sont dans des emplois considérés «à prédominance masculine» en 2000 puissent également avoir droit à une évaluation des changements survenus dans leur profession et une modification de leur rangement le cas échéant. La Loi ne prévoit des ajustements que pour les corps d’emplois à prédominance féminine. Nos emplois se féminisent, le gouvernement doit en tenir compte.

La lutte n’est pas terminée! Et nous nous ferons entendre!

Soyons fières de nos professions et bon 8 mars à toutes!

 

 

 

 

Partager.

Laisser un commentaire