Slam d’Hélène Sylvain,
Conseillère pédagogique de la commission scolaire de la Rivière du Nord
pour la journée internationale des femmes 2016

0
Print Friendly, PDF & Email

Je parle parce qu’y faut pas s’y méprendre
Les inégalités sont partout
C’est plus que l’temps de s’faire entendre
Pis s’rendre compte
Qu’encore, on continue
À être des laissées-pour-compte

Prends garde à tes pieds.
Prêtes à nous piéger
Y a des trappes d’injustice
Comme autant d’sévices et d’préjudices

Une des trappes, c’est l’invisibilité
Comme dans absence des femmes.
Penses-y! Invisible comme pas là
Ou à peine là
Ou fallait ben qu’tu sois là un ti peu

J’vois des tas d’hommes
Sur les photos d’État
C’est l’cas
Ça m’met dans tous mes états
Comme…
Dans les affaires
Des hommes d’affaires
Parfois, on voit une femme,
Avec un ti comité
Une photo, un sourire,
On la place par en avant
Question de mixité
Pis le boy’s club peut continuer d’exister

Sauf pour les publicités
T’as raison
Où y a des femmes exposées
Comme de raison
À talons haut
Pour caresser des autos
Ou en tenue légère
Pour apporter une p’tite bière

Y a même des trappes d’invisibilité
Où le langage nous enferme
Tu crois que j’exagère?
T’as qu’à r’garder les grands chefs cuisiniers
Aller chez les grands coiffeurs
Ou chez les grands couturiers.
C’est ben connu!
Les cuisinières, sé des poêles
Les coiffeuses, sé un p’tit métier
Pis les couturières, sé à temps perdu.

L’invisibilité là, c’est pas d’la fatalité!
Combien de temps encore pour s’faire entendre?
Une autre trappe, c’est celle de l’inutilité
Si t’es utile à la croissance du pays
T’es un bon produit
Si t’es utile à tes parents dans la maladie
T’en payes le prix
Pis si t’es pauvre
Ben, t’es ben mal pris!

On fait même d’la prostitution
Un travail… du sexe
On évoque la Constitution
Dans les textes
Pour en justifier l’exploitation

Véritable traite des enfants pis des femmes
C’t’une intraitable défaite des valeurs qu’on proclame
Ça va jusqu’à ta croissance personnelle
Genre, développe-toi
Fais du zèle
Avec leurs marchands de bonheur
Qui livrent leur Secret et leurs émois
Comme autant de leurres.

L’inutilité là, c’est pas d’la fatalité!
Combien de temps encore pour s’faire entendre?
L’autre trappe, c’est celle des inégalités
Qui fabriquent encore d’la différence sexuelle :
Fort, viril, stable
Faible, peureuse, instable
En haut de la hiérarchie pour lui
En bas de l’échelle pour elle

La trappe des inégalités guette les femmes
Dans tous lé coins de rue
Parce qu’elles sont pas en sécurité
Dans c’ monde de drames
Penses-y, c’est convenu
Des trappes partout
Prêtes à s’ouvrir pour toi
Pour t’ouvrir
Pis t’écarter le corps jusqu’au cœur
Pour t’écœurer encore jusqu’à ce que t’en meures

De violence en violence On nous domine
Ça compose nos pas de danse
Ça nous guillotine
Va ben falloir s’rendre à l’évidence

Les inégalités là, c’est pas d’la fatalité!
Combien de temps encore pour s’faire entendre?

Partager.

Laisser un commentaire