L’Action professionnelle
L’orientation scolaire et professionnelle au sein des commissions scolaires :
État des lieux et action syndicale

0
Print Friendly, PDF & Email

Sophie_MarieEve

À l’automne 2015, la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation (FPPE) a entrepris une démarche visant à faire le point sur la situation de l’orientation scolaire et professionnelle dans les commissions scolaires. Des échos de plus en plus fréquents des membres signalaient des problèmes vécus dans plusieurs milieux : manque de reconnaissance, désintérêt du milieu pour l’orientation, manque de ressources, effritement de la tâche, etc. Une réflexion plus globale quant à la place de l’orientation scolaire et professionnelle dans le réseau scolaire public est donc devenue nécessaire.

Cette démarche s’inscrit dans un contexte où la pratique de l’orientation scolaire et professionnelle est en évolution. En 2014, le ministère de l’Éducation a créé un comité dans le but d’implanter un continuum de contenus obligatoires en orientation à offrir à l’ensemble des élèves, et ce, à partir du 3e cycle du primaire. La FPPE participe à ce comité et déplore que le personnel professionnel ne joue pas un rôle central.

L’objectif de la FPPE par cette démarche en action professionnelle est de mettre en lumière le travail des professionnelles et professionnels en orientation scolaire et professionnelle dans le réseau scolaire. Comment ces personnes travaillent-elles pour répondre aux besoins des élèves ? Quels sont les défis et obstacles rencontrés dans leur pratique ? Et surtout : comment, par des actions syndicales collectives, peut-on améliorer la situation ?

Pour mieux saisir la réalité du travail, la FPPE a réalisé un sondage à l’automne 2015 auprès des membres qui œuvrent en orientation, soit les conseillères et conseillers d’orientation (C.O.), le groupe majoritaire, mais aussi les conseillères et conseillers en formation scolaire (C.F.S.) et les conseillères et conseillers en information scolaire et professionnelle (C.I.S.E.P.). À la lumière des résultats de ce sondage et de différents travaux de recherche, dont ceux de Simon Viviers (2014), la FPPE a produit un rapport et les syndicats réunis en Conseil fédéral ont adopté un plan d’action qui se déploie sous plusieurs formes. D’abord, dans une perspective globale et nationale, il est nécessaire de faire reconnaître les besoins des élèves, jeunes et adultes, en matière d’orientation scolaire et professionnelle ainsi que de valoriser ce champ de pratique développé dans le réseau public, notamment auprès du ministère, de la FCSQ et à la CSQ. En parallèle, nous proposons que des actions soient menées au palier local en fonction des réalités des milieux, afin de raviver les collectifs de travail et d’améliorer l’organisation du travail.

Un sujet incontournable lorsque l’on parle de reconnaissance demeure la question salariale. Le règlement des plaintes déposées dans le cadre du maintien de l’équité salariale en 2010 et l’acceptation par la partie patronale des changements au plan de classification sont également une priorité pour la FPPE.

__________________________
1Simon Viviers, professeur adjoint, Université Laval, faculté des sciences de l’éducation

Lire le sommaire
Lire le rapport
Lire le plan d’action

Sophie Massé, Vice-présidente
Marie-Eve Quirion, Conseillère à l’action professionnelle

Partager.

Laisser un commentaire